jeudi 24 novembre 2016

Étreigneur de visage

Pendant les dernières Utopiales, je m'étais lancée dans un projet crochet tout à fait dans le thème : un facehugger des films Alien ! Oui oui, la petite larve si mignonne et si sympathique des Xénomorphes.

Bon, pour une fois, je n'ai pas une longue histoire avec cette saga, je ne l'ai découverte qu'en février 2015. Ouais… j'ai une culture ciné un peu étrange : jusqu'à peu je n'avais encore jamais vu les vieux Star Wars non plus. Mais c'est à force d'assister aux tables rondes du Festival international de science-fiction que je me suis dit qu'il me manquait quand même quelques références incontournables. Depuis, ces erreurs sont réparées ! (Ouf.)

Ahhhhhhh ! Y a une drôle de bête sur mes livres !!!  

Et donc je trouvais que c'était rigolo de crocheter une telle petite bête à cette occasion, surtout que le modèle de Ghexia avait l'air parfait : très chouette, simple et rapide.  En réalité, ce n'était pas une si bonne idée que ça, car je n'étais pas assez concentrée sur mon crochet, donc je n'ai pas bien suivi le modèle, et donc j'ai fait plein d'erreurs. (Mais ça c'est seulement parce que suis pas douée : il y en a d'autres qui ont très bien réussi à suivre le modèle de Ghexia !)

Brrrrr, cette bête a trop de pattes pour m'être sympathique…


Puis en fin de compte, il y a quelque chose qui me gênait dans son modèle : le truc à ajouter par-dessus, sans réel lien avec le reste. Alors qu'en fait, c'est sa colonne vertébrale, qui est dans la continuité directe de la queue, et sur laquelle les pattes se greffent.
Du coup, j'ai modifié le modèle en crochetant les pattes et la queue autour de cette colonne (plutôt qu'autour de la membrane), et en rajoutant la membrane avec les poches dessous : on voit donc les pattes partir du milieu, cela donne plus un effet squelette. Et évidemment, me suis arrangée pour faire les poches en une seule fois (plutôt que de reprendre un fil en plus pour les terminer), et aussi pour assembler les deux parties dans le même rang que la fin des poches. Efficacité, simplicité. 😎
De plus, comme les pattes rebiquent beaucoup trop sans blocage (et que je n'ai pas vraiment confiance en cette technique pour autant de chaînettes qui risquent d'être très manipulées), j'ai aussi ajouté un fil de laiton lors du crochetage des pattes et de la queue ! Ainsi, pas besoin de passer par l'étape blocage, et je peux même leur donner la forme que je veux !

Puis comme j'étais lancée, j'en ai fait un deuxième crocheté autour d'un serre-tête, comme ça je pourrai le porter aux Utopiales de l'année prochaine ! 😁

Je vais faire fureur avec ça ! (Ou pas…)
La méga classe.
Queue crochetée tout autour du serre-tête : aucun risque de fuite !
Ouais, j'ai empalé un facehugger sur un serre-tête, en fait.


Et, comme Claire (sauf que moi je n'ai pas réussi à le mettre sur leur tête), j'ai tenté d'utiliser mes chats pour chasser le facehugger qui venait de s'incruster chez nous, mais cela n'a pas été très efficace.
Conclusion : les chats sont inutiles lors d'une invasion alien, j'vous l'dis.

Essayons avec Raxacoricofallapatorius…
« Tiens, mais qu'est-ce que c'est ? »
« En fait j'm'en fous. Tu veux pas plutôt me caresser, hm ? »
(En vrai, elle… ronronnait ! Traîtresse qui ne se gêne pas pour pactiser avec l'ennemi !)
Et avec Perlipopette, qu'est-ce que ça donne ? 
« On peut pas être tranquille, non ? »
« Tiens, mais c'est quoi ce truc ? »
« Bon. Pas très intéressant. »
 
Rien à foutre, puissance mille.
(Perlipopette, reine des poulpes et des facehuggers.)


Servent à rien ces chats, quand même.
Suite à cet échec, suis allée voir ce que faisaient PicoKaki et PicoJudu…

« Tu vois, PicoJudu, je regarde cette série seulement parce qu'il y a Rodrigo Santoro dedans, hein. Ouais, bon, les thématiques comme la prise de conscience des intelligences artificielles ou les questionnements sur l'humanité sont intéressantes aussi. Mais Rodrigo Santoro quand même ! »
Tiens, mais que fait-il ici, celui-là ?
Ne me dites pas que…
« Rodrigo Santoro ? Mais siii, tu saiiiis, le brésilien mignon du film Avril brisé, où il y a une fille qui fait des bolas ! Et c'est aussi le seul personnage qui a une histoire d'amour qui se termine mal dans Love Actually… ce que je trouve inadmissible ! »
Mais… il risque d'attaquer mes Picos, ce vilain !
« Eh, mais je le connais, cet acteur ! Et lui aussi ! Et elle, et lui, et lui. Eh, mais y a même Anthony Hopkins ! »
« Ah, oui, c'est vrai. »
Que fait-il ? Il ne prendrait pas son élan pour sauter, quand même ?
« Attends : Jonathan Nolan ?
Ah, mais c'est à cause de cette série que la série Fondation a été repoussée
 ! »
« Sinon, tu veux que je te raconte deux théories très intéressantes et plutôt crédibles dans cette série : l'une sur les différentes timelines, et l'autre sur Arnold ? »
« Ouais, attends, je vais préparer du thé ! » 
Ha ! S'il croit qu'en s'aplatissant, personne ne le verra…
Hé, mais il suit PicoJudu !
Fais attention !

« Hmmm… il en met du temps pour préparer le thé, quand même… » 
« Je m'inquiète un peu, je vais aller voir ce qu'il traficote. »
« Ahhhhhhh !!!! Horreur !!!! »
« Noooon, mon PicoJuduuuuu ! »
Oui, le pauvre… 
Surtout que ce facehugger est bien trop gros pour lui : il recouvre plus que sa tête !
« Vite, mon panier de tricot ! »
« J'ai une idée… » 
« Ahah ! »
« À nous deux, le facehugger ! »
« Je vais t'étriper ! »
« Rends-moi mon PicoJudu !!! » 
« Ouf ! J'ai eu si peur ! » 
« Heureusement que tu étais là ! Merci ma PicoKaki de m'avoir sauvée !  »


Pfiou ! On a encore échappé à une catastrophe !
J'espère qu'ils feront plus attention la prochaine fois…




Fils utilisés :
 Muskat de Drops, coloris 61.
Crochets utilisés : 3 mm.
Taille finale : 17 cm de long sur 16 cm de large (en comptant les pattes étendues).


Lien(s) utile(s) :
 Little facehugger au crochet par Ghexia (en français et en anglais)
 Le facehugger de Ghexia réalisé par Claire

jeudi 17 novembre 2016

Herbert le hérisson pique-épingles

Ma super-copine Julie qui m'offre des cadeaux trop bien s'est enfin mise (bon, ça fait un petit moment maintenant) à la couture, donc quand son anniversaire est arrivé, j'avais en tête de lui faire un cadeau en rapport avec son nouveau loisir. J'ai tout naturellement pensé à un pique-épingles !

Il me fallait alors un modèle sympa. Sur internet, on voit énoooormément de fleurs ou de cupcakes comme pique-épingles, et… ben je n'ai jamais compris pourquoi. Certes, ça peut être mignon, mais pourquoi piquer des aiguilles dans un gâteau ou dans une fleur ? Je n'y trouve aucun intérêt, personnellement.
Non, un cactus, une poupée vaudou ou un hérisson, c'est bien plus amusant et pertinent ! Bon, je lui avais déjà fait un cactus, et elle a déjà presque des poupées vaudou, à son effigie et à celle de son mari. Va pour le hérisson alors !

« Un hérisson ? Parlerait-on de moi ? Je ne vois personne à gauche… »
« Je ne vois personne à droite non plus… »
« Oh mais vous êtes là ! Bonjour vous ! »

Donc j'ai cherché un modèle de hérisson. On en trouve beaucoup qui sont tout poilus (et très choupi), mais ça ne me convenait pas car il faut pouvoir retrouver ses épingles au milieu de tous ces poils ! J'en ai vu d'autres qui étaient tout nus… trop nus à mon goût : il faut qu'il soit mignon même sans épingles.
Dans mon stock j'ai alors trouvé ce modèle sympa, avec des sortes de points popcorn pour faire les "piquants".

« Il y a des époques où tous les cent pas vous trouvez un hérisson mort.
Ils traversent les routes la nuit, par dizaines,
hérissons et hérissonnes qu'ils sont, et ils se font écraser... »
(Électre, de Jean Giraudoux)
« Vous me direz qu'ils sont idiots, qu'ils pouvaient trouver leur mâle ou leur femelle de ce côté-ci de l'accotement. Je n'y peux rien : l'amour pour un hérisson consiste d'abord à franchir une route... »
(Électre, de Jean Giraudoux)
« Son petit oeil froid, c'est votre oeil. Ses piquants, c'est votre barbe. Son sang, c'est votre sang. Je les ramasse toujours ceux-là, d'autant plus que ce sont les plus jeunes, les plus tendre à manger. Passé un an, le hérisson ne se sacrifie plus pour l'homme. Vous voyez que j'ai bien compris. Les dieux se sont trompés, ils voulaient frapper un parjure, un voleur, et ils vous tuent un hérisson... »
(
Électre, de Jean Giraudoux)


J'ai donc crocheté ce petit hérisson, et en ROSE forcément, pour respecter les goûts douteux de sa maîtresse… 😜 En tout cas, je le trouve trop mignon ! Tellement que je me le serais presque gardé pour moi !

Hérisson piquant ! 
« Mais je ne voulais pas piquer, moi. J'vais voir ailleurs du coup ! » 
« Hum, c'est pire en fait… Mais au moins j'ai un nom maintenant : Herbert ! »
(Merci Julie pour la photo !!!)

Mais vous vous en doutez : avant de partir chez sa vraie maîtresse, il a croisé la route de PicoKaki !

« C’est un hérisson qui piquait, qui piquait
Et qui voulait qu’on l’caresse, resse, resse… »
(
Émilie Jolie)
« On l’caressait pas, pas, pas, pas, pas
Non pas parce qu’il piquait pas,
Mais parce qu’il piquait ! »
(Émilie Jolie)
« Elle n’est plus tristeuh, cetteuh chanson :
J’ai caressé le hérisson ! »
(Émilie Jolie)
« Il n’est plus tristeuh, le hérisson :
Elle a caressé la chanson ! »
(Émilie Jolie)
Je craignais qu'il soit trop léger et ne tienne pas bien en place, ce qui peut peut-être dangereux avec des épingles, mais mon amie me dit que non ! Si elle le dit, je veux bien la croire. En tout cas, suis contente qu'il lui plaise ! 😊

Du coup, je m'en referais bien un le jour où je me mettrai à la couture (donc, euh… jamais ? 😕) tellement je le trouve choupi-trognon ! (Mais pas en rose, évidemment ! 😝)




Fils utilisés :
 Drops  You 7 de Drops, coloris 14 et 10.
Crochets utilisés : 2,5 mm.
Taille finale : 8 cm de long sur 5 cm de large.


Lien(s) utile(s) :
 Modèle du hérisson au crochet par Caroline Guzman (en anglais)